La plupart des administrateurs Web sont convaincus que les certificats SSL n’offrent des avantages qu’aux sites traitant des informations sensibles comme des coordonnées bancaires. Faux ! Nous vous expliquons pourquoi dans cet article.

Chacun de nous a aujourd’hui conscience de la valeur de ses données personnelles. Un formulaire à remplir, une commande à valider : les questions nous assaillent lorsque nous devons fournir des informations nous appartenant. Le site est-il sécurisé ? S’agit-il d’un site de confiance ? Les certificats SSL permettent de lever tous les doutes.

Initialement créés par Netscape et Mastercard pour sécuriser les transactions en ligne, les certificats SSL (ou Secure Socket Layer) se sont très rapidement étendus à d’autres types de connexions : intranets, partage de fichiers, serveurs de messagerie, plateformes cloud…

Ils jouent ainsi le rôle de passeports numériques qui contiennent, entre autres, le nom du propriétaire et de l’autorité de certification, ainsi qu’un numéro de série. En pratique, lorsqu’un utilisateur se rend sur un site Web protégé par un certificat SSL, son navigateur accède au certificat du serveur qui héberge le site et établit une connexion sécurisée. Un cadenas s’affiche alors dans la barre d’adresse et l’URL commence par HTTPS (et non plus HTTP).

Cette connexion sécurisée permet ainsi un chiffrement des données, qui deviennent uniquement accessibles à l’aide d’une clé. Les données échangées entre le serveur et le navigateur restent privées et ne peuvent pas tomber aux mains de cybercriminels.

Grâce à un certificat SSL, vous assurez :

  1. Le chiffrement des informations : toutes les données échangées entre un serveur et un navigateur ou encore entre une application et un serveur sont protégées.
  2. L’authentification de votre site Web : véritable signature électronique, le certificat SSL vérifie l’identité du site Web et garantit qu’il s’agit d’un site de confiance.
  3. L’intégrité des données : les données envoyées ou reçues sont bien celles qui sont fournies.

Plusieurs types de certificats SSL existent. Ils offrent chacun différents niveaux de sécurité.

  • Certificat DV (Validation du domaine) : certificat de qualité à prix raisonnable qui permettra simplement et rapidement de vérifier que le demandeur du certificat est le propriétaire du nom de domaine.
  • Certificat OV (Validation de l’organisation) : ce type de certificat est délivré après une analyse attentive de l’entreprise demandeuse afin d’en vérifier la fiabilité.
  • Certificat EV (Validation étendue) : grâce à la barre verte contenant le nom de l’entreprise, ce certificat fournira aux visiteurs la garantie maximale sur l’identité du site et sur la fiabilité de l’entreprise.
  • Certificat Wildcard : ce certificat OV vous permet d’ajouter un nombre illimité de sous-domaines.

Opter pour un certificat SSL, c’est plus de sécurité. Mais qu’en est-il du coût ? Coût ? Parlons plutôt d’investissement. Imaginez vos pertes si votre site Web n’était pas assez sécurisé : amendes, procédures judiciaires, perte d’opportunités, atteinte à la réputation… La liste des risques est longue.

D’autres facteurs sont également à prendre en considération. Google favorise par exemple les sites Web possédant un certificat SSL dans les résultats de son moteur de recherche. Vous pouvez donc améliorer la visibilité de votre site !

Et enfin, Google, toujours, prévoit de marquer toutes les pages HTTP comme non sécurisées et d’avertir les utilisateurs en conséquence. Quoi de pire pour la confiance qu’ils peuvent vous accorder ?

Certains fournisseurs proposent en outre des options telles que la réémission gratuite, une garantie de remboursement ou des notifications d’expiration. Tout est possible !

Il ne vous reste plus qu’à trouver le certificat adapté à vos besoins sur le site d’Amen.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.